Pigeons voyageurs : Mission, voler au secours de l'armée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pigeons voyageurs : Mission, voler au secours de l'armée
©

Petits soldats

Pigeons voyageurs : Mission, voler au secours de l'armée

D'après un député, l'armée française manquerait de pigeons voyageurs en cas de guerre ou de panne généralisée sur les réseaux de communication.

A Paris et dans les grandes villes de France, les pigeons ne manquent pas. Mais les volatiles n'ont pas tous les talents requis pour servir la nation. Seuls aujourd'hui, les pigeons voyageurs sont recherchés. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'en cas de guerre ou de panne généralisée sur les réseaux de communication, ils ont une véritable utilité. Et visiblement, il en manquerait dans l'Hexagone. Le député UMP Jean-Pierre Decool tire la sonnette d'alarme

L'élu de Flandre a indiqué que l'armée française ne dispose plus que d'un seul colombier militaire, à la Forteresse du Mont-Valérien, près de Paris. A titre de comparaison, en 2011, l'armée chinoise a décidé de recruter et d'entraîner 10.000 pigeons voyageurs. "En l'état actuel de nos infrastructures, la capacité de communication de l'armée française serait-elle bien assurée en cas de conflit armé, et plus particulièrement en cas de rupture des liaisons téléphoniques, radios, informatiques, et même électriques ?" demande le député dans une question écrite.

Dans sa réponse, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian reconnaît "l'intérêt certain" du pigeon voyageur en matière de transmissions militaires, au cours de l'Histoire. Il rappelle que la France dispose au Mont-Valérien du dernier colombier militaire d'Europe et évoque "le précieux concours" que pourrait apporter les 20.000 colombophiles amateurs en France "en cas de forte fragilisation des réseaux civils de télécommunications". Il y aurait donc suffisamment de pigeons voyageurs en réserve de la nation. Une bonne nouvelle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !