Pauvreté en France : au plus haut niveau depuis 1997 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pauvreté en France : au plus haut niveau depuis 1997
©

Pic de précarité

Pauvreté en France : au plus haut niveau depuis 1997

Selon une enquête de l’Insee publiée ce vendredi 13 septembre, 14,3% des Français vivent avec moins de 977 euros par mois, soit le seuil de pauvreté.

L’enquête de l’Insee, publiée ce vendredi, permet de répertorier les Français à partir des chiffres de l’année 2011 et de leurs revenus disponibles. Concrètement, il s’agit des revenus déclarés au fisc, des revenus financiers ainsi que des prestations sociales perçues. Et deux catégories séparent les Français : ceux qui gagnent plus de 1 630 euros pour vivre ou non.

Si le revenu médian disponible pour chaque personne d’un ménage en France reste stable, les inégalités se creusent quant à elles. Les 10% des Français les plus riches gagnent 3,6 fois plus que les 10% les plus modestes en 2011. Un chiffre en augmentation puisque l’écart entre 2009 et 2010 était de 3,4.

L’accroissement des écarts s’explique par la baisse, entamée depuis 2010, du niveau de vie des 40% des Français les moins aisés (entre -0,2 et -0,8%), alors que les 10% les plus aisés ont vu leur revenu progresser de 2,1% sur la même période. Pour l’Insee, la baisse du niveau de vie des plus modestes serait due à une faible revalorisation du Smic horaire brut et de l’inflation.

Environ 8,7 millions de Français vivent en dessous du seuil de pauvreté selon l’Insee, soit 977 euros par mois. Le taux de pauvreté atteint par conséquent son plus haut niveau depuis 1997 avec 14,3% de la population touchée. Parmi les chômeurs, 40% sont considérés comme pauvres, et 19,4% des jeunes adultes sont aussi à « classer » dans cette catégorie.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !