PSA a examiné 9 solutions avant de prendre la décision de fermer l’usine d’Aulnay | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
PSA a examiné 9 solutions avant de prendre la décision de fermer l’usine d’Aulnay
©

Crise

PSA a examiné 9 solutions avant de prendre la décision de fermer l’usine d’Aulnay

Le ministre du Redressement productif et les syndicats devraient discuter des moyens de pressions du gouvernement.

(Mis à jour 11h35]

Le patron de PSA répète dans un entretien à paraître dans le quotidien Le Monde qu'il n'y aura "pas de licenciements secs, on proposera à chacun un emploi identifié". Il ajoute également que 1 500 emplois à Aulnay ou PSA a prévu de fermer son usine seraient créer.

Il a par ailleurs expliqué que la santé financière du constructeur automobile n'était pas en jeu, déclarant : "il ne doit pas y avoir de question sur la santé financière du groupe. On a brûlé 1,2 milliard de cash au premier semestre mais on a augmenté notre capital, vendu des actifs non stratégiques et émis un emprunt obligataire, pour un total de plus de deux milliards".

[Mis à jour à 09h25]

9, c’est le nombre de solutions étudiées par PSA Peugeot Citroën pour résoudre son problème de surcapacité de production. C’est au terme de cet examen que le groupe automobile a pris la décision de fermer le site d’Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. Fermer l’usine d’Aulnay était la meilleure option « en termes d’impact social […] et d’impact économique » justifie ainsi PSA dans un document interne destiné aux partenaires sociaux et révélé par Le Figaro.

Le coût de la main-d'oeuvre beaucoup moins élevée sur les sites étrangers explique également cette décision, poursuit le groupe, ajoutant que la fermeture du site en Seine-Saint-Denis permet aussi d'éviter "de lourds investissements complémentaires". 

[Mis à jour à 08h52]

Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, explique ce mardi sur Europe 1 qu'"il faut maintenir" l'usine PSA d'Aulnay, ajoutant "si on ferme (Aulnay), on ne peut pas avoir un plan à la hauteur de la filière" automobile.

 

Premier défi de face pour Arnaud Montebourg. Le ministre du Redressement productif rencontre en effet ce mardi les syndicats du constructeur PSA Peugeot Citroën qui a annoncé la suppression de 8000 postes la semaine dernière.

A l’agenda des discussions : les pressions que le gouvernement pourra exercer sur le constructeur automobile, et les moyens à adopter pour sauver les usines PSA.

François Fillon a déjà ironisé sur les efforts des socialistes pour empêcher les licenciements annoncés par PSA en déclarant notamment qu’ « Arnaud Montebourg n’est pas meilleur dirigeant automobile » que ceux en place actuellement, ajoutant : « on promettait d’interdire les licenciements, on donnait des leçons à tout le monde, aujourd’hui c’est fini, on revient à la réalité économique ».

Arnaud Montebourg rencontrera mercredi Philippe Varin, le président du directoire du groupe automobile. 

Lu sur RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !