Parti socialiste : Olivier Faure ne veut plus de la "synthèse molle" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Parti socialiste : Olivier Faure ne veut plus de la "synthèse molle"
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Ambitions

Parti socialiste : Olivier Faure ne veut plus de la "synthèse molle"

Depuis Solférino, le futur premier secrétaire du PS s'est montré ambitieux : "Nous devons maintenant regagner la confiance de nos concitoyens en prouvant que nous avons changé."

Olivier Faure va-t-il remettre le parti socialiste sur pied ? Vaste chantier, pour celui qui est désormais le seul candidat (et donc le futur vainqueur) pour le poste de premier secrétaire du PS. Depuis Solférino, le patron des députés Nouvelle gauche a présenté les grandes lignes de ses ambitions. "Nous devons maintenant regagner la confiance de nos concitoyens en prouvant que nous avons changé" a-t-il expliqué. "Le premier de ces changements doit être notre capacité à dépasser les vieux clivages, à offrir aux Français une vision nouvelle de ce que la gauche peut apporter aux pays".

"Je serai le premier secrétaire de tous les socialistes" assure-t-il. "Notre parti est riche de sa diversité. Cette diversité est un atout pour redevenir demain le premier parti de la gauche. Elle doit être respectée et valorisée dans notre maison commune" Mais, selon lui, "notre difficulté ce n'est pas d'être divers, c'est de ne plus respecter nos choix collectifs, c'est très différent."

"Pourquoi est-ce que je suis aujourd'hui premier secrétaire finalement?" poursuit Olivier Faure. "Je le suis parce que j'ai été élu président de groupe (des députés, NDLR) il y a un an. Et pourquoi j'ai été élu président de groupe? Parce que chacun avait compris que je pouvais être celui qui pouvais faire dialoguer des forces différentes et non pas les tirer vers la synthèse molle." Il y a encore du boulot…

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !