Paris : porteur d'un bracelet électronique, il commet 16 braquages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'homme est soupçonné d'avoir commis 16 braquages dans l'ouest parisien depuis le 20 mai.
L'homme est soupçonné d'avoir commis 16 braquages dans l'ouest parisien depuis le 20 mai.
©Reuters

Sans-gêne

Paris : porteur d'un bracelet électronique, il commet 16 braquages

Agé de 27 ans, l'homme a pu être interpellé dimanche en milieu de journée grâce à la mise sous surveillance de son véhicule.

Depuis sa condamnation en 2013 à trois ans de prison (dont deux avec sursis) pour vol aggravé, ce jeune homme de 27 ans avait été placé sous surveillance par un système de bracelet électronique. Peu efficace, visiblement...

Interpellé dimanche 10 août, l'intéressé est soupçonné d'avoir commis pas moins de 16 braquages dans différents arrondissements parisiens alors qu'il portait encore sur lui le fameux bracelet de surveillance. Circulant à deux roues, le braqueur avait pris pour habitude de menacer plusieurs commerçants parisiens avec un pistolet pour s'emparer de leurs recettes. Aperçu dans le IIe arrondissement de Paris, l'homme a pu être interpellé dimanche en milieu de journée grâce à la mise sous surveillance de son véhicule.

"Le suspect porte ce bracelet, suite à sa condamnation le 25 mars 2013 à trois ans de prison dont deux avec sursis pour vol aggravé. Il a été interpellé en possession d'une sacoche, contenant une réplique de pistolet automatique et une gazeuse, et d'un bracelet électronique" a révélé une source proche de l'enquête. La préfecture de police de Paris a quant à elle déclaré dans un communiqué : "Cet homme, très défavorablement connu des services de police, est soupçonné être l'auteur de 16 braquages commis depuis le 20 mai dans l'ouest parisien".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !