Parachute doré pour le patron d'Alcatel : le Medef "choqué", Combes se défend | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Dans une interview aux Echos ce lundi 31 août, Michel Combes affirme être "fier du travail accompli" à la tête du groupe leader dans les télécommunications et les réseaux.
Dans une interview aux Echos ce lundi 31 août, Michel Combes affirme être "fier du travail accompli" à la tête du groupe leader dans les télécommunications et les réseaux.
©BFM

Golden Boy

Parachute doré pour le patron d'Alcatel : le Medef "choqué", Combes se défend

Le vice-président du Medef Thibault Lanxade a exprimé son opposition suite à la révélation dans le JDD de la prime de départ de Michel Combes s'élevant à près de 13,7 millions d'euros.

L'étau se resserre autour de Michel Combes, ancien directeur général d'Alcatel. Le Medef a réaffirmé ce lundi 31 août son opposition aux "parachutes dorés" suit à la polémique déclenchée dans le JDD par la révélation du pactole dont devrait bénéficier l'ancien CEO du groupe Alcatel-Lucent. L'ex-PDG d'Alcatel pourrait toucher au total 13,7 millions d'euros d'ici trois ans. Le vice-président du Medef Thibault Lanxade a expliqué ce matin au micro d'RTL qu'il trouvait : "ces rémunérations choquantes (...) d'autant plus que les résultats n'étaient pas, on va dire, au rendez-vous".

Cette polémique est d'autant plus surprenante puisque le 23 avril dernier Michel Combes avait annoncé ne pas souhaiter toucher ses indemnités de départ, pour le plus grand soulagement du syndicat CFE-CGC du groupe. Les 13,7 millions d'euros incluraient une clause de non-concurrence à 4,5 millions d'euros ainsi que des stocks options et surtout 8,2 millions d'euros d'actions du groupe leader des télécoms et des réseaux. Dans une interview aux Echos, Michel Combes affirme ce lundi 31 août être "fier du travail accompli" et que "tous les éléments ont été rendu publics en mai et présentés à l'assemblée générale des actionnaires".

Le Medef cherche à redorer son image après son université d'été et devrait prendre une prise de position claire dans les prochains jours par la voix de son président Pierre Gattaz. La polémique ne fait qu'enfler avec l'opposition croissante à ces parachutes dorés au sein de la population mais aussi auprès des politiques de gauche comme de droite. En France, le record pour un parachute doré reste détenu par Daniel Bernard, ancien PDG de Carrefour qui avait empoché 38 millions d'euros d'indemnités de départ en 2005.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !