Panthéon : trois résistants et un ancien ministre vont faire leur entrée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Panthéon : trois résistants et un ancien ministre vont faire leur entrée
©

Dans l’histoire

Panthéon : trois résistants et un ancien ministre vont faire leur entrée

Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle et Pierre Brossolette seraient accompagnés de l’ancien ministre de l’Education nationale, Jean Zay.

Ils seront quatre à faire leur entrée au Panthéon d’après les informations du journal Le Figaro, ce mercredi. Parmi eux, on retrouve la résistante Germaine Tillion qui ferait figure de premier choix de François Hollande lors d’un discours au Mont Valérien, dans les Hauts-de-Seine. Disparue en avril 2008 à l’âge de 100 ans, cette ethnologue avait participé à tous les combats du siècle de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre d’Algérie. Elle a notamment participé à la création du premier réseau de résistance contre les Allemands et aidé de nombreux prisonniers à s’échapper. Elle a été déportée en 1942 à Ravensbrück en compagnie de sa mère qui mourra trois ans plus tard.

Elles seront deux femmes à garnir le monument puisque Geneviève Anthonioz de Gaulle, nièce de Charles de Gaulle, qui a été déportée pour faits de résistance en 1944, fait également son entrée. Avec Germaine Tillion, elle rejoint la physicienne Marie Curie et Sophie Berthelot parmi les noms féminins du Panthéon.

Par ailleurs, Pierre Brossolette, journaliste et homme politique socialiste français, qui a épaulé Charles de Gaulle avant sa mort en 1944, fait également partie de la liste. Tout comme l’ancien ministre de l’Education nationale, Jean Zay. Ce dernier était l’un des 27 parlementaires à rejoindre l’Afrique du Nord après la défaite.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !