Panneaux solaires : Bruxelles taxe Pékin, accusé de dumping | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Panneaux solaires : Bruxelles taxe Pékin, accusé de dumping
©

Guerre commerciale

Panneaux solaires : Bruxelles taxe Pékin, accusé de dumping

Les taxes entreront en vigueur jeudi pour une durée de six mois. Elles pourront s'élever jusqu'à 47 %.

Cette décision pourrait déclencher une guerre commerciale, mais l'Europe souhaite avant tout protéger son industrie photovoltaïque. Or, la Chine est accusé de dumping industriel dans l'importation de ses panneaux solaires.

Malgré des division au sein de la Commission européenne, le commissaire européen Karel de Gucht a tranché en faveur des taxes.  Bruxelles a décidé mardi d'imposer des droits de douane sur les panneaux solaires importés de Chine. Les taxes entreront en vigueur jeudi pour une durée de six mois. Elles pourront s'élever jusqu'à 47 %.

En effet, elles seront d'abord établies à 11,8%  mais pourraient grimper le 6 août si aucun accord n'est conclu d'ici-là avec Pékin, a précisé Karel De Gucht. La pénalité serait ensuite relevée, si la Chine et ses producteurs se refusaient à une hausse de prix négociée.

Pourtant, le 27 mai, la chancelière allemande, Angela Merkel, avait exprimé son opposition à un tel bras de fer commercial, alors qu'elle recevait le Premier ministre chinois à Berlin. "Dans cette affaire, Mme Merkel privilégie les intérêts allemands", estime le député européen Yannick Jadot (EELV), "elle redoute des rétorsions et par ailleurs les panneaux solaires sont faits avec des machines outils allemandes".

L'exécutif européen souhaite protéger l'industrie photovoltaïque européenne, dont la survie est menacée par les pratiques de dumping des industriels chinois. 30 000 emplois sont en jeu.

Les panneaux solaires chinois jettent un froid en Europeby francetv info

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !