Pakistan : une attaque suicide contre une église fait au moins 8 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pakistan : une attaque suicide contre une église fait au moins 8 morts
©ARIF ALI / AFP

Drame

Pakistan : une attaque suicide contre une église fait au moins 8 morts

Les deux kamikazes n'ont pas réussi à pénétrer dans l'église, grâce à l'intervention de la police.

Un nouvel attentat-suicide a visé les chrétiens ce dimanche au Pakistan. Au moins huit personnées ont été tuées à Quetta, capitale de la province du Balouchistan, lors d'une attaque suicide commise contre une église, ont annoncé les autorités.

L'attaque a été perpétrée par deux kamikazes contre l'Église méthodiste de Quetta. D'après les autorités, la police a intercepté et abattu l'un des kamikazes avant qu'il ne réussisse à entrer dans l'église, mais le second assaillant a pu gagner la porte principale de l'édifice où il s'est fait exploser. "Dieu nous préserve, si les terroristes étaient parvenus à leurs fins, plus de 400 vies précieuses auraient été menacées", a réagi le ministre de l'Intérieur du Balouchistan, Sarfraz Bugti, sur Twitter. L'église était en effet pleine de monde, à quelques jours de Noël.

"La police a été prompte à réagir pour empêcher les assaillants d'entrer dans le hall principal et les a attaqués devant" l'édifice, a indiqué le chef de la police provinciale, Moazzam Jah..

Les chrétiens représentent environ 1,6% des 200 millions de Pakistanais.  Ils sont quotidiennement victimes de discriminations, vivent dans la peur d'accusations de blasphème, et sont cantonnés dans les professions les plus mal payées. De plus, les meurtres de chrétiens ainsi que les destructions d’églises ont sensiblement augmenté au Pakistan ces dernières années, rappelle La Croix. En 2016, l'une des pires attaques survenues au Pakistan avait fait 75 morts, dont de nombreux enfants, dans un parc de Lahore le week-end de Pâques.

Lu dans Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !