Ouverture d'une enquête après le vol de deux montres dans le coffre de l'Elysée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ouverture d'une enquête après le vol de deux montres dans le coffre de l'Elysée
©Rémi Mathis / CC BY-SA 3.0

Nouvelle affaire ?

Ouverture d'une enquête après le vol de deux montres dans le coffre de l'Elysée

Offertes à un conseiller de Nicolas Sarkozy, les deux bijoux de luxe ont disparu de la présidence.

Mais où sont donc passées les deux montres de luxe, estimées à 44 000 euros chacune, qui étaient entreposées dans le coffre de l'Elysée ? Selon le Point, une enquête va désormais être ouverte, maintenant que le juge Roger Le Loire, du pôle financier du TGI de Paris, a enfin obtenu une réponse de la présidence : mystère, les deux bijoux ont disparu.

Offertes à Damien Loras, un des conseillers diplomatiques de Nicolas Sarkozy, par Patokh Chodiev, un homme d'affaires ouzbeko-belge proche du président kazakh, les deux montes sont au cœur d'une enquête de corruption présumée. Damien Loras est accusé d'avoir "facilité l'accès au bureau de l'ancien président de la République" au businessman, en échange des montres. Le conseiller nie et prétend avoir laissé les montres, qui ont donc disparu.

Le mystère s'épaissit lorsque l'on sait que Gaspard Gantzer, le chef du pôle communication de l'Élysée, version Hollande, a bien confirmé par mail à Loras, mais aussi à L'Express que les montres étaient bien à la présidence. Une enquête est donc officiellement ouverte pour vol à condition que ces montres aient bien été, au moins une fois, dans ce coffre. Car comme le rappelle Le Point, François Hollande aime brouiller les pistes avec les journalistes et n'hésite à orienter ces derniers "même avec une info bidon."

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !