Oracle rachète NetSuite, pionnier du cloud, pour 9 milliards de dollars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Oracle rachète NetSuite, pionnier du cloud, pour 9 milliards de dollars
©

Danse des éléphants

Oracle rachète NetSuite, pionnier du cloud, pour 9 milliards de dollars

Une acquisition chère, mais intéressante stratégiquement.

Oracle a annoncé le rachat de NetSuite, un des leaders des applications de "cloud computing", ou de logiciels accessibles via internet, pour rien que 9 milliards de dollars. NetSuite était un des pionniers du cloud, fondé en 1998, et une des toutes premières entreprises à fournir des applications aux entreprises via le web.

L'intérêt stratégique du deal est évident. NetSuite est un des leaders du "mid-market", ou le marché des grosses PME et autres ETI (entreprises à taille intermédiaire), alors qu'Oracle est plutôt spécialisé sur les très grosses entreprises. Et NetSuite est un des pionniers du cloud, alors qu'Oracle doit rattraper son retard dans le domaine, par rapport à des gros concurrents comme Salesforce ou Workday. 

Il reste que le prix est très élevé. "C'est absolument cher du point de vue d'Oracle, mais c'est compréhensible et justifiable, surtout dans cet environnement, lorsqu'on a vu des entreprises comparables se vendre à 10, 11, ou même 12 fois leur chiffre d'affaires", a expliqué Rodney Nelson, analyste chez Morningstar.

Pour la petite histoire : Larry Ellison, le patron d'Oracle, possédait déjà 40% du capital de NetSuite. En effet, il est un des investisseurs extérieurs qui a aidé l'entreprise à se lancer ; le fondateur de NetSuite était directeur du marketing chez Oracle avant de créer l'entreprise. Pour parer aux conflits d'intérêts, l'acquisition a été gérée par un comité de membres indépendants du conseil d'administration.

Vu sur CNBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !