Opéra Bastille de Paris : une femme voilée se fait expulser | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Opéra Bastille de Paris : une femme voilée se fait expulser
©

Dehors

Opéra Bastille de Paris : une femme voilée se fait expulser

Le directeur adjoint de l'établissement a dit avoir fait respecter une loi de 2011 qui interdit de se masquer le visage dans l'espace public.

L'incident a été rendu public dimanche soir. Le 3 octobre, une spectatrice voilée a dû quitter l'Opéra Bastille à Paris en pleine. Assise au premier rang, elle a été repéré par les écrans de contrôle, ainsi que par des choristes. Jean-Philippe Thiellay, le directeur adjoint de l'établissement a indiqué avoir été alerté "au cours du deuxième acte". Il a aussi expliqué avoir seulement fait respecter une loi de 2011 qui interdit de se masquer le visage dans l'espace public. "Certains choristes ont indiqué qu'ils ne voulaient pas chanter" si une solution n'était pas trouvée, a-t-il raconté à l'AFP.

Selon Metronews.fr, il s'agissait d'une touriste du Golfe, accompagnée de son mari. Le contrôleur "lui a dit qu'il y avait en France une interdiction de cette nature, lui a demandé soit de découvrir son visage, soit de quitter la salle. Le monsieur a demandé à la dame de se lever, ils sont sortis. Cela a duré peu de temps, ça s'est passé de manière fluide, il n'y a eu aucun incident" a détaillé le directeur adjoint.

Jean-Philippe Thiellay a expliqué que "ce n'est jamais très agréable de demander à quelqu'un de sortir d'une salle de spectacle, où en principe on parle d'ouverture et de compréhension. Mais là, il y avait une méconnaissance de la loi, et soit cette dame la respectait, soit elle sortait". Il s'agissait d'une première à l'Opéra Bastille. Par ailleurs, un note du ministère de la Culture visant à rappeler la consigne à suivre aux théâtres, musées et autres établissements publics sous sa tutelle, est en cours d'écriture. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !