La carte d'identité du futur inquiète | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La carte d'identité du futur inquiète
©

Big Brother

La carte d'identité du futur inquiète

11 députés ont voté jeudi la proposition de loi visant à moderniser la carte d'identité et à créer un fichier centralisé.

La nouvelle carte d'identité intégrera deux puces. La première, dite "régalienne", avec les données biométriques de son propriétaire (noms, prénoms, lieu et date de naissance, empreintes digitales, photographie...). Une seconde, non obligatoire, permettra de réaliser des échanges commerciaux et administratifs sécurisés sur Internet par le biais de signatures électroniques.   

Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a déclaré que cette nouvelle carte répondait "aux attentes de nos concitoyens". Selon une récente étude du Credoc près de 200 000 personnes seraient victimes chaque année d'usurpations ou de falsifications d'identité. Députés UMP et PS ne contestent pas cet argument, mais plusieurs s'insurgent contre la création d'un fichier central biométrique regroupant toutes les données personnelles. 

"Ce texte présente de grands dangers avec ce fichier exhaustif de la population française. Ses données pourront être utilisées à d'autres fins", a déclaré le socialiste Serge Blisko. De son côté, le député UMP Lionel Tardy s'est exclamé : "Imaginez que cette base de données tombe aux mains d'une mafia !" Beaucoup réclament la réalisation d'une étude d'impact notamment sur la mise en service de la puce e-services.

 

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !