Nouvelle-Calédonie : vers un référendum sur l’indépendance avant la fin de cette année<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Un proche du dossier préférait d’ailleurs parler de “feuille de route” que d’accord. Car une partie des indépendantistes n’ont pas fait le déplacement. Et “chacun s’est engagé à vendre cet accord auprès de sa base”, soulignait le même.
Un proche du dossier préférait d’ailleurs parler de “feuille de route” que d’accord. Car une partie des indépendantistes n’ont pas fait le déplacement. Et “chacun s’est engagé à vendre cet accord auprès de sa base”, soulignait le même.
©Theo Rouby / AFP

Les formations politiques calédoniennes, loyalistes et indépendantistes se sont réunies à Paris pendant une semaine

Après une semaine de travail à Paris les représentants des formations politiques calédoniennes, loyalistes et indépendantistes, se sont mis d'accord sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie annonce Le Monde.

"Pendant trois jours, les séances de travail qui se sont tenues au ministère des outre-mer, mais aussi à Balard, avec le chef d’Etat-major des armées, le général Lecointre, ou au Quai d’Orsay, avec le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à partir du document élaboré par les services de l’Etat, ont permis d’éclairer les conséquences du oui et du non à l’indépendance. Un travail qui n’avait jamais été fait jusque-là" souligne le quotidien.

"Quel que soit le résultat, une période de transition de deux ans suivra. En cas de ‘oui’ à l’indépendance, ce temps servirait à bâtir le nouvel état. Si le ‘non’ l’emportait pour la troisième fois, la période de transition servirait à déterminer le nouveau statut de l’archipel. " ajoute le site Politico.

Mais prudence précise Politico : "Un proche du dossier préférait d’ailleurs parler de “feuille de route” que d’accord. Car une partie des indépendantistes n’ont pas fait le déplacement. Et “chacun s’est engagé à vendre cet accord auprès de sa base”, soulignait le même."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !