Notre-Dame-des-Landes, la centrale de Fessenheim…Nicolas Hulot dévoile ses propositions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Notre-Dame-des-Landes, la centrale de Fessenheim…Nicolas Hulot dévoile ses propositions
©

Ecolo

Notre-Dame-des-Landes, la centrale de Fessenheim…Nicolas Hulot dévoile ses propositions

Invité du "20 heures" de France 2, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire est revenu sur sa nomination.

Nicolas Hulot, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire était l'invité du "20 heures" de France 2 ce jeudi 18 mai. Il est tout d'abord revenu sur sa nomination. Pourquoi a-t-il enfin accepté le ministère qu'il refusait pendant plusieurs années. "La clé du succès dans la nature est la diversité. C'est vrai aussi en politique. Là, il y a une vraie diversité. Il est nécessaire de se retrouver sur l'essentiel. L'enjeu que je porte dépasse les clivages habituels. Il faut le placer au-dessus de la mêlée", a-t-il expliqué, ajoutant avoir "peur de décevoir". "L'espoir est une folie nécessaire. Pour l'instant je suis dans l'état d'esprit d'y croire", a-t-il déclaré. Conscient des difficultés autour de son action, il a avoué compter sur Emmanuel Macron. "Je sens que le président va m'aider dans ma tâche. Elle est complexe parce qu'elle complique l'action des autres ministres. Je m'inscris dans le court terme".

>>> À lire aussi : Nicolas Hulot face aux mille et un pièges de l'appareil d'État 

Nicolas Hulot pense qu'il "existe d'autres alternatives" pour Notre-Dame-des-Landes

Concernant Notre-Dame-des-Landes, Nicolas Hulot a affirmé que l'action gouvernementale serait basée sur la "concertation" et non plus sur la "confrontation". "Ma conviction est qu'il existe d'autres alternatives", a-t-il expliqué.  

"Nous allons rentrer dans une phase de consultation. Toutes les options sont sur la table. Je pense effectivement qu'on n'a pas étudié toutes les alternatives. Il y a probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres".

"La fermeture de Fessenheim aura lieu"

Le ministre est ensuite intervenu sur le dossier du nucléaire, dont il entend sortir à terme. "Ce qui est important est de faire baisser la part du nucléaire. Le nucléaire, on ne peut pas s'en passer demain matin. Il y a des vies et des familles derrière le nucléaire. Et je pense qu'il faut planifier la transition écologique. Le point d'étape est 2025. En 2025, la part du nucléaire devra être de 50% inférieure à aujourd'hui". En outre, il a évoqué la centrale de Fessenheim. "La fermeture de Fessenheim aura lieu. Dans la concertation", a-t-il affirmé. "La fermeture de Fessenheim est le dernier acte de Ségolène Royal. J'ai promis de préserver cet acquis", a-t-il ajouté.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !