Norvège : Anders Behring Breivik gagne son procès pour "traitement inhumain" en détention | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Condamné à vingt et un ans de prison, Breivik est isolé des autres détenus et ses contacts avec le monde extérieur sont étroitement surveillés.
Condamné à vingt et un ans de prison, Breivik est isolé des autres détenus et ses contacts avec le monde extérieur sont étroitement surveillés.
©Reuters

Décision de justice

Norvège : Anders Behring Breivik gagne son procès pour "traitement inhumain" en détention

"La cour est arrivée à la conclusion que le régime carcéral implique un traitement inhumain de Breivik", a déclaré le tribunal d'Oslo ce mercredi.

Bientôt cinq ans après avoir massacré 77 personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo et en ouvrant le feu dans un camp d'été de la jeunesse travailliste sur l'île d'Utøya, Anders Behring Breivik a gagné son procès contre l'État norvégien, qu'il poursuivait en raison de conditions de détention "inhumaines".

"La cour (...) est arrivée à la conclusion que le régime carcéral implique un traitement inhumain de Breivik", a déclaré le tribunal d'Oslo, expliquant que depuis près de cinq ans, l'homme de 37 ans était maintenu à l'isolement. Breivik a cependant été débouté de sa requête concernant le contrôle de sa correspondance.

Condamné à vingt et un ans de prison, Breivik est isolé des autres détenus et ses contacts avec le monde extérieur (visites, correspondance...) sont étroitement surveillés. Dès les premières heures de son procès, Breivik a pris l'habitude de faire hitlérien avant de s'adresser à la cour. 

>>>> À lire aussi : Hybristophilie ou phénomène Breivik : ce qui attire les femmes chez les criminels psychopathes

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !