Nord : un prisonnier s'évade avec 5 otages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
"Cela s'est passé très vite, c'était visiblement très bien organisé, on est encore en train de reconstituer" les faits, a déclaré la préfecture.
"Cela s'est passé très vite, c'était visiblement très bien organisé, on est encore en train de reconstituer" les faits, a déclaré la préfecture.
©

Chasse à l'homme

Nord : un prisonnier s'évade avec 5 otages

Le détenu est le braqueur Redoine Faïd, emprisonné après la fusillade de l'A4 en 2010.

Un détenu s'est évadé ce samedi matin de la maison d'arrêt de Sequedin (Nord) à l'aide d'explosifs et après avoir pris 5 personnes en otage, a-t-on appris auprès de la préfecture. Les dégâts à l'intérieur de la prison seraient très importants, selon une source proche de l'affaire citée par 20minutes.

L'homme issu du grand banditisme a rapidement relâché quatre des otages, du personnel de la prison, en prenant soin tout de même d'en garder un avant de monter dans une voiture. Le prisonnier a ensuite abandonné le véhicule sur l'autoroute avec ce dernier otage.

Il est ensuite monté dans un deuxième véhicule, qui est actuellement recherché par les forces de police. De nombreux moyens ont été mis en place, dont un hélicoptère, a indiqué la préfecture.

"Cela s'est passé très vite, c'était visiblement très bien organisé, on est encore en train de reconstituer" les faits, a déclaré la préfecture.

Mis à jour 11h30 :

Selon le procureur de la République, le détenu est le braqueur Redoine Faïd, emprisonné après la fusillade de l'A4 en 2010.

Mis à jour 17h40 :

La ministre de la Justice Christiane Taubira est à la maison d'arrêt de Lille-Sequedin. Elle rencontre le personnel pénitentiaire et doit tenir prochainement un point presse. 

La maison d'arrêt de Lille-Sequedin, récemment construite, n'est "pas adaptée", selon les syndicats, pour accueillir des prisonniers jugés "dangereux" comme Redoine Faïd.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !