NKM veut baisser les charges de 120 milliards "d'un coup", à la "Thatcher et Reagan" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
NKM veut baisser les charges de 120 milliards "d'un coup", à la "Thatcher et Reagan"
©Reuters

Exclusif

NKM veut baisser les charges de 120 milliards "d'un coup", à la "Thatcher et Reagan"

Dans le prochain numéro de Technikart, Nathalie Kosciusko-Morizet prône un programme musclé : 120 milliards de baisses de charges d'un coup, quitte à exploser le déficit, et des "réformes de grande ampleur", "en même temps".

Nathalie Kosciusko-Morizet continue sa pré-campagne pour les présidentielles, même si elle refuse encore de se déclarer officiellement candidate. Dans une interview à paraître dans Technikart, elle donne un aperçu de son projet, qu'elle assume comme similaire à ceux de "Thatcher et Reagan" : 120 milliards de baisses de charges d'un coup d'un seul, et des "réformes de grande ampleur" "en même temps". Elle ne s'inquiète pas de l'impact sur le déficit : "On serait crédible parce qu’on aurait enfin fait ces fameuses réformes ! Et contrairement à ce que beaucoup croient, l’Union Européenne nous suivrait – j’en ai parlé avec Jean-Claude Juncker  parce que le plus inquiétant pour nos partenaires, ce n’est pas tant notre déficit que notre incapacité à nous réformer en profondeur."

Dans cette interview, NKM se refuse à donner le titre de son prochain livre, qui sort bientôt. A côté de ce programme économique bien marqué à droite, elle adopte un ton plus modéré sur les sujets de société, se proclamant laïque et dénonçant la polémique sur les repas de substitution à l'école ou la transformation des églises en mosquées, tout en se défendant de son image de "bobo de droite". 

Au final, NKM parle davantage de son bizutage à l'Ecole polytechnique que de son programme économique. Sous-officier de marine, elle a subi le bizutage de "la ligne", lorsqu'un navire traverse l'Equateur : "On nous laissait à l’avant du bateau en plein cagnard pendant des heures, en nous arrosant régulièrement d’eau de mer. Du coup, on finissait quand même assez sévèrement brûlé." Pendant son service militaire, elle a également appris la fameuse chanson militaire "L'Artilleur de Metz" - y compris la version non-officielle, paillarde (cherchez sur Google si vous êtes curieux...).

A LIRE AUSSI : Comment NKM prépare sa future candidature à la primaire pour ratisser sur les terres d'Alain Juppé

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !