Nigeria : Francis Collomp libre, le Français se serait évadé seul | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nigeria : Francis Collomp libre, le Français se serait évadé seul
©

Bonne nouvelle

Nigeria : Francis Collomp libre, le Français se serait évadé seul

L'ingénieur français avait été enlevé le 19 décembre 2012.

Cela faisait quasiment onze mois - à deux jours près - que Francis Collomp avait été enlevé. Cet ingénieur français était l'otage de Boko Haram au Nigeria depuis le 19 décembre 2012 et a été libéré ce dimanche matin. "Le président de la République salue avec joie la libération de notre compatriote Francis Collomp", commente sobrement l'Elysée, exprimant au passage "toute sa gratitude aux autorités du Nigéria (...) pour l'action décisive qui a été la leur".

"Je suis restée bouche bée, je ne réalise pas encore, c'est la joie", a, pour sa part, commenté son épouse Anne-Marie Collomp. Elle raconte  qu'elle était à la plage quand elle a reçu un coup de téléphone du Quai d'Orsay pour lui annoncer la libération de son mari.Finie, finie la tristesse, c'est la joie mais je pense à ceux qui sont encore otages", a-t-elle ajouté.

Laurent Fabius est en route pour le Nigeria pour accueillir Francis Collomp. "Cette libération ne nous fait pas oublier que sept de nos compatriotes sont encore retenus en otage en Syrie, au Mali et au Nigeria", a ajouté François Hollande. Le groupe Boko Haram a récemment revendiqué le rapt du prêtre français Georges Vandenbeusch, enlevé au nord du Cameroun.

Selon une source proche du dossier, Francis Collomp aurait profité d'une opération de l'armée nigériane pour s'évader. Il aurait en effet pu s'enfuir pendant un échange de tirs entre l'armée et des membres du groupe Boko Haram, la porte de sa cellule n'étant pas fermée.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !