Niger : attentats contre la France revendiqués par le groupe djihadiste Mujao | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Niger : attentats contre la France revendiqués par le groupe djihadiste Mujao
©

Terrorisme

Niger : attentats contre la France revendiqués par le groupe djihadiste Mujao

Au moins dix personnes ont été tuées jeudi par un attentat perpétré à Agadez. Les autorités nigériennes ont confirmé des décès dans les rangs de l'armée et des assaillants.

Les attentats ont été revendiqués. "Grâce à Allah, nous avons effectué deux opérations contre les ennemis de l'islam au Niger", a déclaré Abu Walid Sahraoui, porte parole du groupe djihadiste Mujao. "Nous avons attaqué la France et le Niger pour sa coopération avec la France dans la guerre contre la charia", a-t-il ajouté. Le Niger est engagé au sein de la force africaine au Mali déployée à la suite de l'offensive lancée en janvier par l'armée française contre les groupes islamistes.

"Il y a au moins dix morts" après l'attentat à la voiture piégée contre un camp militaire nigérien à Agadez, la grande ville du nord du pays, a affirmé à l'AFP la source occidentale. "Il y a eu des morts des deux côtés", a indiqué un porte-parole du ministère nigérien de la Défense, sans plus de précision.

Un autre attentat à Arlit (plus de 200 km au nord d'Agadez) sur un site d'uranium d'Areva a tué le kamikaze et, selon le groupe français, fait 13 blessés parmi les travailleurs nigériens. "Selon le ministère de la Défense, la réaction des forces armées nigériennes a été énergique et les assaillants neutralisés" après ce double attentat, pouvait-on lire sur un bandeau défilant à la télévision publique nigérienne. La France a condamné "avec la plus grande fermeté" les attaques et présenté ses condoléances "aux familles des personnes décédées".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !