Le meurtrier des soldats français était un taliban infiltré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le meurtrier des soldats français était un taliban infiltré
©

Afghanistan

Le meurtrier des soldats français était un taliban infiltré

La mort de quatre militaires français, abattus vendredi par un soldat afghan, incite le président Nicolas Sarkozy à envisager un retour anticipé des troupes françaises, initialement prévu en 2014.

[Mis à jour le 22 janvier à 9h15 ]

Le tireur afghan qui a causé la mort de quatre français vendredi dernier, est âgé de 21 ans. Il était "manifestement un taliban infiltré depuis longtemps" précise le ministre de la Défense, Gérard Longuet. L'homme a été incarcéré immédiatement après l'attentat. 

Connu sous le nom de Abdul Mansour, le meurtrier serait passé par le Pakistan après l'intervention alliée de 2001; il s'est engagé par la suite dans l'armée afghane.

[Mis à jour à 9h15 ]

Les talibans ont revendiqué ce samedi matin auprès de Reuters, l'attentat qui a conduit au décès de quatre soldats français. La nébuleuse affirme avoir recruté l'auteur de la fusillade et précise avoir pour alliés plusieurs personnes "occupant des postes importants."

Les talibans annoncent d'autres "missions" à venir. 

[Mis à jour à 8h35 ]

Gérard Longuet est arrivé ce samedi matin à Kaboul, au lendemain de l'attaque contre des soldats français en Kapisa (nord-est). Le ministre de la Défense a été envoyé pour sonder la dangerosité de la mission des troupes françaises en Afghanistan. Ce déplacement orchestré par le président Nicolas Sarkozy aura pour objectif de décider ou non d'un retour prématuré des militaires français déployés sur le terrain. 

[Mis à jour le 21 janvier à 8 heures]

Le décès de quatre soldats français, abattus vendredi par un militaire afghan, a poussé le président Nicolas Sarkozy à prévoir le retrait anticipé des troupes françaises en mission en Afghanistan. 

Le drame de vendredi a d'ores et déjà conduit à la suspension de toute action de formation et de combat. Rappelons que les Français d'Afghanistan sont sur le terrain depuis un peu plus de dix ans. Le retour initialement prévu en 2014, sera très probablement soumis à un remaniement. Nicolas Sarkozy n'hésitera pas à avancer le calendrier pour mettre fin à une intervention de plus en plus impopulaire dans l’opinion.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !