Nicolas Sarkozy dénonce la destruction de la filière nucléaire française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Nicolas Sarkozy dénonce la destruction de la filière nucléaire française
©

Energie

Nicolas Sarkozy dénonce la destruction de la filière nucléaire française

L'ancien président était en Haute-Savoie pour remettre les insignes de chevalier de la légion d'honneur à Claude Birraux, ancien député UMP de Haute-Savoie et grand défenseur de l'industrie nucléaire.

L'ancien président Nicolas Sarkozy a dénoncé lors d'une visite en Haute-Savoie la destruction de la filière nucléaire française "par le seul souci d'intérêts partisans".

"Je me sens solidaire de ces milliers d'ingénieurs, d'électriciens, de chercheurs qui ne veulent pas voir le travail de plusieurs générations détruit par le seul souci d'intérêts partisans et politiques", a déclaré M. Sarkozy, au cours d'une cérémonie de décoration à Archamps (Haute-Savoie). "Pauvre filière nucléaire française dont nous devrions être si fiers, à laquelle notre pays doit son indépendance énergétique", a-t-il lancé.

Cette filière "a fait durant toute la Ve République l'objet d'un consensus politique et cela jusqu'à une date très récente", a rappelé l'ancien président. "Elle est aujourd'hui menacée comme si la France n'avait pas assez de problèmes, qu'il fallait qu'elle détruise l'atome", a-t-il ajouté.

L'ancien président de la République a prononcé ce discours alors qu'il remettait les insignes de chevalier de la Légion d'honneur à Claude Birraux, ancien député UMP de Haute-Savoie et grand défenseur de l'industrie nucléaire. M. Sarkozy devait poursuivre sa visite en Haute-Savoie par un déjeuner avec les parlementaires du département.


Un extrait du discours de Nicolas Sarkozy.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !