Nicolas Sarkozy : les petites critiques de François Hollande en privé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas Sarkozy : les petites critiques de François Hollande en privé
©

Phrases assassines

Nicolas Sarkozy : les petites critiques de François Hollande en privé

Relativement soft en public, le président distille les moqueries envers son prédécesseur en privé.

En public, François Hollande n’est pas toujours très tendre avec Nicolas Sarkozy. En privé, l’actuel chef de l’Etat distille quelques moqueries envers son prédécesseur, qui entretient savamment le feuilleton de son retour. "Il en rit comme on rit d’une caricature", assure ainsi au Parisien un ministre de l’actuel gouvernement, sous couvert d’anonymat.

Et le quotidien de citer deux exemples. Le premier lors du déplacement conjoint de François Hollande et de Nicolas Sarkozy en Afrique du Sud pour les obsèques de Nelson Mandela, le 10 décembre 2013. Le Parisien assure que François Hollande a rapporté à ses proches des morceaux d’une conversation qui a rapidement tournée court : "Sarkozy ne m’a parlé que d’argent. Il est totalement obsédé par ça".

Le second exemple remonte au début de cette semaine, lors du déplacement du chef de l’Etat en Turquie, les 27 et 28 janvier. A Ankara, François Hollande a commenté les récents chiffres du chômage - mauvais - en soulignant qu’"on oublie souvent de dire qu’entre 2007 et 2012 il y a eu 1 million de chômeurs supplémentaires”. En privé, François Hollande en a remis une couche et a déploré l’état du pays à son arrivée, le privant de toute marge de manœuvre, rapporte Le Figaro.

"Agiter Sarkozy, c’est un élément qui nous ressoude", assure un poids lourd du gouvernement.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !