Nicolas Sarkozy : "Je refuse que la future majorité soit sous le chantage permanent de M. Bayrou" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy : "Je refuse que la future majorité soit sous le chantage permanent de M. Bayrou"
©Reuters

Tensions

Nicolas Sarkozy : "Je refuse que la future majorité soit sous le chantage permanent de M. Bayrou"

Dans la presse régionale, le candidat des Républicains juge "injustifiable une quelconque alliance entre le vainqueur de l'élection primaire et François Bayrou."

C'est une véritable guerre de personnes qui s'organise entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou. Après la violente tribune du président du MoDem contre le candidat de droite, ce dernier lui a répondu dans la presse régionale. "Je n'ai aucun problème personnel avec M. Bayrou mais un problème politique", affirme le candidat à la primaire. "Il a voté Hollande et nous a donc fait entrer dans le socialisme". A travers ce conflit, Nicolas Sarkozy tente aussi de décrédibiliser Alain Juppé et son alliance avec le président du MoDem. "La violence de la charge dont il a fait preuve à mon égard ce week-end démontre à quel point il utilise le langage de la gauche et rend désormais injustifiable une quelconque alliance entre le vainqueur de l'élection primaire et François Bayrou" affirme l'ancien chef d'Etat.

"Qu'a promis M. Juppé à M. Bayrou en échange de son soutien, en plus de lui accorder un grand nombre de sièges de députés ?"renchérit Nicolas Sarkozy. "Je refuse que la future majorité soit sous le chantage permanent de M. Bayrou qui s'est par exemple opposé à la réforme des retraites en 2010".

"Ce n'est pas parce qu'il n'est pas assez violent, assez clivant, assez injurieux que Sarkozy décroche, c'est précisément parce que tout le monde voit toute la faiblesse que révèle un tel comportement" avait affirmé François Bayrou dans une tribune.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !