Nicolas Sarkozy : "Hollande, c'est fini, la seule alternative au Front national, c'est nous" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy
©Reuters

Uppercut

Nicolas Sarkozy : "Hollande, c'est fini, la seule alternative au Front national, c'est nous"

"Vous êtes les bienvenus chez Les Républicains si vous aimez la France, vous croyez en la France" a également déclaré l'ancien chef de l'Etat aux états généraux de la fédération de Paris des Républicains.

Un discours offensif. Nicolas Sarkozy participait ce samedi aux états généraux de la fédération de Paris des Républicains. Devant 1.200 personnes et plusieurs dirigeants LR, (Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-président, Frédéric Péchenard et Philippe Goujon), le patron du parti en a profité pour lancer plusieurs attaques en direction de François Hollande. Ce dernier est "au niveau du gaz de schiste" dans les sondages, "c'est fini", a-t-il notamment déclaré.

L'ancien chef de l'Etat a également réaffirmé que ses différences avec le FN. "Marine Le Pen s'est aperçue il y a un mois que son père était infréquentable. Nous, ça fait 30 ans qu'on le sait. Il faut éviter lors des régionales, le drame de l'élection d'un représentant du FN avec lequel nous n'avons rien à voir".

Dans une allusion à peine voilée aux propos de Nadine Morano sur la France "pays de race blanche", Nicolas Sarkozy a aussi lancé : "Vous êtes les bienvenus chez Les Républicains si vous aimez la France, vous croyez en la France, si vous parlez français, vous aimez la culture française, le mode de vie français. Vous êtes les bienvenus, quels que soient votre couleur de peau, votre origine, votre religion, votre vote lors des dernières élections. L'alternance ne repose que sur nos épaules."

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !