Nice : information judiciaire ouverte pour homicide volontaire à l’encontre du bijoutier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nice : information judiciaire ouverte pour homicide volontaire à l’encontre du bijoutier
©

Justice

Nice : information judiciaire ouverte pour homicide volontaire à l’encontre du bijoutier

Le bijoutier niçois ayant abattu un braqueur mercredi devrait être mis en examen pour homicide volontaire, après l’ouverture d’une information judiciaire : la thèse de la légitime défense est réfutée.

Stephan Turk, le bijoutier et père de famille de 67 ans responsable de la mort d’un braqueur qui s’attaquait à son commerce est à l’heure de ces lignes entendu par deux juges d’instruction. Il devrait être prochainement mis en examen. Une information judiciaire a été ouverte pour homicide volontaire. Ce qui écarte donc la piste et la thèse de la légitime défense.

Le procureur de la République de Nice a par ailleurs requis l'assignation à résidence avec un bracelet électronique de Stephan Turk, qui est sans antécédent judiciaire. Dans sa conférence de presse, le procureur a estimé que "la vie devait être préservée en toutes circonstances" et qu’il "a agi volontairement dans l'intention de tuer". De nombreuses pages de soutien fleurissent actuellement sur la toile pour défendre le bijoutier. Sur Facebook, il compte déjà plus de 500 000 soutiens.

Mercredi 11 septembre, deux braqueurs étaient arrivés armés de fusils à pompe dans la bijouterie,avaient donné plusieurs coups au bijoutier et contraint à ouvrir le coffre. Le sexagénaire s'était alors emparé de son arme (détenue illégalement) et avait tiré à trois reprises : deux coups sur le véhicule des braqueurs et un coup sur le passager arrière. La victime avait 18 ans, et était connue des services de police pour vols, violences et délits routiers.

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !