Népal : aucun survivant après le crash d'un avion de ligne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Népal : aucun survivant après le crash d'un avion de ligne
©

Drame aérien

Népal : aucun survivant après le crash d'un avion de ligne

L’appareil transportait 23 personnes. Le contrôle aérien avait perdu contact avec l'avion huit minutes après son décollage de Pokhara, la deuxième ville du pays

Drame dans les montagnes himalayennes. Des équipes de secouristes ont retrouvé mercredi dans une région montagneuse du Népal, les décombres d'un avion de ligne qui transportait 23 personnes. L’avion de la compagnie Tara Air était porté disparu depuis le début de la matinée. Le contrôle aérien avait perdu contact avec l’appareil huit minutes après son décollage. Les conditions métrologiques étaient bonnes au moment du départ.

"Les débris de l'avion, complètement calcinés, ont été retrouvés à Solighopte, dans le district de Myagdi district," a déclaré Giriraj Mani Pokharel, ministre de la Culture, du tourisme et de l'aviation civile. "L'équipe présente sur les lieux dit que les corps sont éparpillés et qu'il est impossible d'identifier quiconque pour l'instant. Des services de sécurité supplémentaires sont en train d'être déployés et nous tentons d'obtenir plus d'informations".

D'après Tara Air, l'appareil transportait trois membres d'équipage et  20 passagers. Parmi eux figuraient un ressortissant chinois et un Koweïtien, ainsi que deux enfants. L'avion avait pour destination Jomsom, une localité himalayenne prisée des amateurs de trek, située à une vingtaine de minutes de vol de Pokhara. La deuxième ville du pays est le point de départ de très nombreuses randonnées.

A LIRE AUSSI : Le séisme du Népal a déplacé le Mont Everest de 3 centimètres vers le sud-ouest

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !