Municipales de Paris 2014 : NKM expose "ses solutions" pour les Parisiens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales de Paris 2014 : NKM expose "ses solutions" pour les Parisiens
©

Méthodologie

Municipales de Paris 2014 : NKM expose "ses solutions" pour les Parisiens

La candidate a "sept progrès majeurs" mais la sécurité et l'accès au logement sont ses deux priorités.

Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté ce mardi ses "sept projets majeures" pour Paris. Critiquant l'action de Bertrand Delanoë depuis 2001, elle a indiqué vouloir simplifier et agrémenter la vie des Parisiens. Comment ? En axant son action sur sept piliers principaux.

NKM a néanmoins détaillé ses priorités : la sécurité et l'accès au logement, qu'elle veut "déverrouiller" au profit des classes moyennes quitte à ralentir la production de logements sociaux. Un point que l'équipe de Anna Hidalgo s'est empressé de condamner. Autre volonté, celle de faire rouler le métro une heure de plus les soirs de semaine (jusqu'à 2h00) et "à terme" toute la nuit le vendredi et le samedi. "On nous explique que les transports sont l'affaire du Stif (Syndicat des transports d'Ile-de-France, ndlr) et de la RATP, la sécurité celle du préfet de police (...). Pour moi, aucun des problèmes rencontrés par les Parisiens ne peut et ne doit rester étranger au maire de Paris, même si, bien sûr, il ne peut agir seul", a expliqué la candidate.

Cette présentation a été quelque peu perturbée par la polémique sur le contrat Ecomouv' pour l'écotaxe. Un contrat qu'elle a signé en 2011. NKM s'est montrée très pugnace en défendant ce qu'elle avait construit. Outre ces questions d'actualité, Nathalie Kosciusko-Morizet a eu à répondre sur le nouveau sondage PollingVox paru mardi dans Libération, qui la donne battue par la socialiste Carine Petit dans le XIVe arrondissement. Elle obtiendrait seulement 45% au second tour. Une enquête à laquelle elle ne croit visiblement pas. "C'est un tout nouvel institut de sondage, on lui fait confiance ou pas, j'ai quelques réticences", a-t-elle conclu. L'avenir dira si elle avait raison.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !