Municipales 2014 : Christian Jacob refuse l'idée d'un front républicain, "on n'est pas là pour sauver leurs sièges" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales 2014 : Christian Jacob refuse l'idée d'un front républicain, "on n'est pas là pour sauver leurs sièges"
©

Non non et non

Municipales 2014 : Christian Jacob refuse l'idée d'un front républicain, "on n'est pas là pour sauver leurs sièges"

Le président du groupe UMP à l'Assemblée a réaffirme la stratégie de l'UMP de maintenir ses listes au second tour.

L'UMP a choisi la stratégie du "ni-ni" depuis des années. Jean-François Copé l'avait rappelé au soir du premier tour des élections municipales : "pas d'accord, ni avec le PS pour un front républicain, ni avec le FN". 24 heures plus tard, la position du parti de droite n'a pas bougé d'un iota. Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, l'a de nouveau dit ce mardi sur France Inter.

Le front républicain est impossible. "Il est hors de question de laisser la chaise vide pendant six ans dans les collectivités. Au nom de quoi ? Nous sommes en face d'une gauche qui passe son temps à nous insulter, à nous traiter de tous les noms, et aujourd'hui ils crient au secours en disant venez nous aider à sauver nos sièges ? On n'est pas là pour sauver leurs sièges mais pour présenter une alternative politique crédible et pour gagner des sièges. Donc il est hors de question de laisser la chaise vide dans les collectivités et on se maintiendra partout" a-t-il expliqué. 

Pour lui, il est impossible de s'allier au PS. "Ils sont aux responsabilités, que le gouvernement les assume, que le président de la République prenne la parole" a martelé le maire de Provins. Christian Jacob a aussi été invité à commenter les propos de Guillaume Peltier qui a dit lundi que le PS et le FN "se valent". "Ce sont deux formations politiques tout à fait différentes, avec parfois des points de programme qui se ressemblent. Je pense aux retraites où on ne voit pas la différence entre le PS et le Front national. Ce sont deux formations politiques différentes mais pour nous ce sont deux adversaires" a conclu le président du groupe UMP à l'Assemblée. Pour Christian Jacob et pour son parti, la stratégie est donc clair : pas de front républicain. Le seul vote qui vaille est celui pour les candidats... UMP.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !