Municipales 2014 : candidate du Front de Gauche aux législatives, elle représentera le FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Anna Rosso-Roig sous l'étiquette Front de Gauche, de l'histoire ancienne
Anna Rosso-Roig sous l'étiquette Front de Gauche, de l'histoire ancienne
©Capture

Girouette

Municipales 2014 : candidate du Front de Gauche aux législatives, elle représentera le FN

Anna Rosso-Roig a longtemps milité en faveur du Parti socialiste et a avoué, il y a peu, avoir hésité à rejoindre le Parti chrétien démocrate de Christine Boutin.

C'est ce qu'on appelle un grand écart politique. Candidate du Front de Gauche aux élections législatives dans les 9e et 10e arrondissements de Marseille, où elle a obtenu 7% au premier tour avant d'appeler à voter pour le candidat PS-EELV, Anna Rosso-Roig s'est laissée tenter par une candidature aux élections municipales de 2014 sous l'étiquette … Front national, a révélé "Mars Actu". Si l'on ignore encore le secteur municipal qu'elle visera, cette ancienne militante socialiste a avoué "ne pas avoir agi "par opportunisme.

"Je suis préoccupée par la montée de l'islam en tant que catholique pratiquante. Le Front de Gauche ne défend pas nos valeurs traditionnelles et notamment religieuses". Fidèle à ses convictions religieuses, Anna Rosso-Roig a également hésité à rejoindre le Parti chrétien démocrate de Christine Boutin avant de refuser jugeant le parti "trop rétrograde". A quarante ans, elle a indiqué avoir été séduite par Marine Le Pen "bien plus modérée que son père sous la présidence de qui, honnêtement, je n'aurais pas adhéré".

Pierre Dharréville, président de la fédération PCF de Marseille, s'est dit "profondément révolté par ce choix. On se sent trompé mais il ne faudrait pas théoriser dessus". Selon lui, il s'agit d'un acte "isolé. Aujourd'hui, son discours n'a absolument rien à voir avec ce qu'il était pendant la campagne des législatives".

Lu sur Mars Actu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !