Municipales 2014 : après la défaite de la gauche, Jean-Marc Ayrault sur la sellette | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales 2014 : après la défaite de la gauche, Jean-Marc Ayrault sur la sellette
©Reuters

Un futur incertain

Municipales 2014 : après la défaite de la gauche, Jean-Marc Ayrault sur la sellette

L’actuel Premier ministre est plus que jamais menacé par un remaniement, voulu, dimanche, par 79 % des Français selon un sondage BVA.

Les rumeurs du départ de Jean-Marc Ayrault de Matignon sont reparties de plus belles, dimanche soir, après la claque électorale de la gauche au soir du premier tour des municipales et le discours de Jean-Marc Ayrault. Une claque qui ne fait pas les affaires du 1er ministre, en campagne pour rester à Matignon depuis plusieurs semaines, comme l’écrit Le Figaro, ce mardi 25 mars.

"Je ne vois pas comment Hollande pourrait garder Ayrault si on perd Strasbourg et Toulouse", assure un responsable socialiste dans le quotidien. Un autre député socialiste va plus loin et assure que "Ayrault est mort depuis hier soir". En cause, d’après le parlementaire, la déclaration du Premier ministre dimanche soir qui n’a pas convaincu, en premier lieu l’Elysée.

Un avis partagé par Jean Glavany, l'ancien chef de cabinet du président François Mitterrand, dans une version plus nuancée : "À écouter l'ahurissante allocution du premier ministre dimanche soir, commentant les résultats comme on commente les chiffres du chômage, parlant de 'doute' ou 'd'inquiétude', là où il y a colère, et incapable de tenir un discours mobilisateur, je l'avoue : je m'inquiète…".

A LIRE AUSSI- Méga claque pour le PS : que peut faire François Hollande maintenant ?

Dimanche soir, Jean-Marc Ayrault avait appelé les "forces démocratiques et républicaines" à "empêcher" une victoire du FN. Le texte n’a pas convaincu François Hollande. Ce dernier, qui souhaitait le conserver jusqu’aux régionales de 2015, songe désormais à l’écarter.

Dans un sondage BVA, réalisé dimanche, lors du 1er tour des élections municipales, 79 % des Français estiment que François Hollande devrait remanier le gouvernement au lendemain des élections municipales. 69% pensent que le président devrait même changer de Premier ministre.

Et en 1992, un certain Jean-Marc Ayrault, alors maire de Nantes et député PS, ne disait pas autre chose suite à la défaite de la gauche aux élections cantonales et régionales. L’actuel Premier ministre demandait le remplacement d'Édith Cresson, alors Premier ministre de François Mitterrand.

(Voir le vidéo de Jean-Marc Ayrault qui demande un remaniement)

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !