Moscou : 71 morts dans le crash d'un avion de ligne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Moscou : 71 morts dans le crash d'un avion de ligne
©ALEXANDER NEMENOV / AFP

Drame

Moscou : 71 morts dans le crash d'un avion de ligne

L'avion de la compagnie Saratov Airlines s’est écrasé près de Moscou ce dimanche peu après son décollage.

Un avion de la compagnie russe Saratov avec 71 personnes à bord (65 passagers et six membres d'équipage) s'est écrasé ce dimanche peu après avoir décollé de l'aéroport de Moscou Domodedovo, rapportent les agences de presse russes en citant les services d'urgence.

L'appareil se dirigeait vers Orsk, une ville de l'Oural. Il "se serait écrasé près du village d'Argunovo. L'équipe et les passagers n'avaient aucune chance de s'en sortir.", ont rapporté des services d'urgence cités par l'agence Interfax.  "Des débris ont été retrouvés et il n’y a pas de survivant", a déclaré un responsable des services de secours à l’agence Tass. Des débris ont été retrouvés sur un large périmètre autour du lieu du crash. Selon les agences, des témoins ont vu l'appareil en flammes s'écraser.

"Plus de 150 personnes et environ 20 véhicules de secours se sont rendus sur le lieu du crash", selon le ministère des Situations d'urgence, mais les véhicules de secours n'arrivent pas à accéder au lieu du crash à cause de la neige. Les secouristes doivent s'y rendre à pied. "A l'heure actuelle, les sauveteurs ont réussi à arriver sur le lieu du crash. Il y a beaucoup de corps et de fragments de corps", a déclaré une source à l'agence Interfax.

Une enquête a été ouverte et plusieurs causes pour le crash sont envisagées.

Depuis son premier vol en 2004, ce modèle d'appareil a connu au moins cinq incidents impliquant le train d'atterrissage, le système électrique et le système de guidage.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !