Mory Global : placé en liquidation judiciaire, le transporteur licencie 2 150 salariés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mory Global : placé en liquidation judiciaire, le transporteur licencie 2 150 salariés
©

Sans espoir

Mory Global : placé en liquidation judiciaire, le transporteur licencie 2 150 salariés

"C’est un jour noir" a estimé le président du tribunal de Bobigny après avoir rendu sa décision ce mardi.

L'espoir déjà très mince des salariés a été définitivement balayé ce mardi par le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Le transporteur MoryGlobal (anciennement Mory Ducros) a été placé en liquidation judiciaire, ce qui induit le licenciement des 2 150 salariés du groupe pour des motifs économiques. 

Alors que l'activité de l'entreprise se poursuivra jusqu'au 30 avril, le tribunal a précisé que l'administrateur judiciaire doit "mener à bien les consultations avec les organisations syndicales" et "procéder aux licenciements des salariés" du groupe. MoryGlobal avait été créée après le redressement judiciare de l'entreprise Mory Ducros, ex numéro deux français des services de messagerie. 

Michel Arriba, délégué du syndicat Force Ouvrière de MoryGlobal à Evreux a déclaré à l'annonce de cette décision : C'est un véritable gachis, tous les salariés sont dégoûtés, (...) les gens ont fait des efforts pour en arriver là (...) On trouve ça écœurant, je suis vraiment écoeuré, j'ai de la haine, j'ai de la haine contre Arcole (l'actionnaire majoritaire de Mory Global)".

L'actionnaire Arcole Industries a quant à lui accusé la CFDT d'avoir plongé le groupe dans cette situation en "refusant de signer" un accord d'entreprise majoritaire. "Une condition essentielle de la reprise était la signature d'un accord d'entreprise majoritaire permettant de sécuriser la mise en oeuvre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE)" précise Arcole Industries.

"Pendant cette période d’un mois, on va se battre pour consolider le PSE (...) L’objectif, c’est qu’ils puissent obtenir les mêmes conditions de départ que leurs collègues qui sont partis il y a un an" a déclaré MeThomas Hollande, avocat du comité d’entreprise de MoryGlobal et fils du président de la République. 

Lu sur Libération.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !