Mort de Naomi Musenga : le procureur de la République de Strasbourg annonce l'ouverture d'une information judiciaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La mère de Naomi Musenga lors d'une marche silencieuse en mémoire de sa fille
La mère de Naomi Musenga lors d'une marche silencieuse en mémoire de sa fille
©FREDERICK FLORIN / AFP

Enquête

Mort de Naomi Musenga : le procureur de la République de Strasbourg annonce l'ouverture d'une information judiciaire

Le procureur de la République de Strasbourg a annoncé cet après-midi l'ouverture d'une information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" dans l'enquête sur la mort de Naomi Musenga.

Cet après-midi, le procureur de la République de Strasbourg -Yolande Renzi- a annoncé l'ouverture d'un information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" dans l'enquête sur la mort de Naomi Musenga, la jeune femme décédée en décembre dernier après avoir fait l'objet de moqueries par une opératrice du Samu. 

Dans un communiqué, Yolande Renzi a déclaré : "Je procéderai dans les prochains jours à l'ouverture d'une information judiciaire du chef de non-assistance à personne en péril contre l'opératrice du centre des appels d'urgence et tous autres, ainsi que du chef d'homicide involontaire contre X". Il est également revenu sur les cause du décès de Naomi Musenga, morte des suites d'une intoxication au paracétamol absorbé par automédication durant plusieurs jours.

Le 29 décembre dernier, la jeune de 22 ans était morte quelques heures après avoir appelé le Samu, à Strasbourg. Durant cet appel, dont le contenu de l'enregistrement a été publié dans la presse locale fin avril, les opératrices du Samu la raillent et la renvoient vers S.O.S Médecins. Hospitalisée plus tard dans la soirée, Naomi Musenga est morte après avoir fait deux arrêts cardiaques.

Lu sur France info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !