Mort de Gérard de Villiers : le silence d'Aurélie Filippetti fait grand bruit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Mort de Gérard de Villiers : le silence d'Aurélie Filippetti fait grand bruit
©

Gênant

Mort de Gérard de Villiers : le silence d'Aurélie Filippetti fait grand bruit

La ministre de la Culture n'a pas souhaité réagir au décès de l'écrivain de 83 ans, auteur de 200 "SAS" entre 1965 et 2013.

Faire parler sans prononcer un mot. C'est le tour de force réalisé par Aurélie Filippetti en refusant de s'exprimer suite à l'annonce du décès de Gérard de Villiers. Le prolifique auteur des SAS n'a en effet pas eu droit à un hommage ni même une quelconque parole de la ministre de la Culture, interrogée vendredi, jour de son décès, par l'AFP.

"Que même à son décès le gouvernement ne souhaite pas le reconnaître, cela ne me surprend pas, malgré son immense popularité jusqu'aux États-Unis et ses millions de livres vendus", a réagi son épouse, indignée. Un sentiment partagé par l'avocat et ami de Gérard de Villiers, Eric Morain, qui a tweeté plusieurs fois sur le sujet, montrant ostensiblement son agacement, dissimulé par une bonne dose d'ironie.


Si l'on ne connait pas la raison du silence d'Aurélie Filippetti, on sait le tollé qu'il est en train de causer. Jean-Michel Apathie se fend même, ce matin sur RTL, d'une chronique dans laquelle fustige ce qu'il qualifie de "loupé culturel, une bêtise politique et un manque de sensibilité élémentaire".

Doit-on voir dans le tweet posté ce lundi matin par la ministre de la Culture un signe d'explication ?

Les proches de Gérard de Villiers, qui, selon ses propres dires, n'a "jamais eu la prétention d'être un auteur littéraire", se consoleront en se rappelant que chaque parution d'un nouveau SAS s'accompagnait de 100 000 à 200 000 ventes de livres. L'hommage rendu par le New York Times à celui qui a fait vivre 200 aventures à son héros sera sans doute le plus important.

Lu sur l'Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !