Mort de Clément Méric : la police organise une reconstitution sur les lieux du drame | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Mort de Clément Méric : la police organise une reconstitution sur les lieux du drame
©Reuters

Retour

Mort de Clément Méric : la police organise une reconstitution sur les lieux du drame

Les quatre nationalistes et les trois militants antifascistes étaient présents, à la demande de la justice.

Deux après, la rue Caumartin a de nouveau vécu, ce mardi, les incidents qui ont entrainé la mort de Clément Méric. A la demande de la justice, la police a organisé une reconstitution des faits en présence des protagonistes de la rixe : les quatre nationalistes et les trois militants antifascistes.

Elle a débuté à 5h du matin, près des grands magasins de rue Hausmann, autour des policiers de la Brigade criminelle et des avocats des personnes impliquées dans cette bagarre. Un cordon de sécurité avait été formé pour empêcher le passage de cette voie commerçante très fréquentée.

Les deux principaux suspects dans la mort de Clément Méric étaient bien là. Après un an de détention provisoire, Esteban Morillo et Samuel Dufour avaient été remis en liberté. "La reconstitution ne changera pas la donne dans ce dossier, Esteban Morillo n'avait pas l'intention de donner la mort, c'est une rixe qui a mal tournée", a expliqué son avocat Patrick Maisonneuve.

Le 5 juin 2013, une rixe avait éclaté entre des jeunes militants antifascistes et des nationalistes autour d'une vente de vêtements. Clément Méric, la victime, et Esteban Morillo, qui aurait donné le coup de poing fatal, n'étaient pas présents. Selon l'enquête, les militants antifascistes auraient lancé les provocations tandis que les nationalistes auraient refusé de sortir par une sortie annexe. Méric et Morillo seraient alors arrivés en "renfort." La police tente de déterminer quel groupe a provoqué la bagarre. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !