Morbihan : la tension monte après l’agression sexuelle d’une sexagénaire par un jeune migrant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Morbihan : la tension monte après l’agression sexuelle d’une sexagénaire par un jeune migrant
©Reuters

Exaspération

Morbihan : la tension monte après l’agression sexuelle d’une sexagénaire par un jeune migrant

Un appel à manifester lundi 14 novembre devant la mairie de la commune d'Arzon a été lancé sur la toile.

Depuis le démantèlement très médiatisé de la "jungle" de Calais, la commune d'Arzon (Morbihan) a accueilli une dizaine de mineurs. Parmi eux, un adolescent soudanais âgé de 16 ans a récemment été mis en examen pour avoir agressé sexuellement une femme de 67 ans jeudi 10 novembre. 

Alors que la sexagénaire déchargeait ses courses devant chez son domicile, l'adolescent est venu s'adresser à elle en Anglais avant de lui donner plusieurs baisers. Le jeune homme lui aurait ensuite touché le sein avant de mimer une masturbation et de prendre la fuite, a expliqué François Touron, procureur de la République de  Vannes. La victime "n'a pas eu peur" mais a tout de même porté plainte, a-t-il également déclaré, rappelant qu'"une main sur le sein c'est une agression sexuelle".

Depuis cette agression, les réseaux sociaux ont vu déferler de nombreux commentaires d'indignation et de colère de la part des internautes, notamment sur des sites ouvertement opposés à l'accueil des migrants. Un appel à manifester lundi 14 novembre devant la mairie de la commune a même été lancé. 

"Il est temps d'arrêter les frais de cette immigration. Expulsion !", écrit sur son compte Facebook Nicolas Bay, le secrétaire général du Front national, retweeté ce lundi par Marion Maréchal Le Pen. 

>>>> À lire aussi : Accueil des migrants en France : l’effet positif du démantèlement de la jungle de Calais sur les Français (même s’ils sont toujours 56% opposés à cet accueil)

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !