Moody’s place la France en perspective négative | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Moody’s place la France 
en perspective négative
©

Mauvaise côte

Moody’s place la France en perspective négative

Le Royaume-Uni et l’Autriche subissent la même sanction, l'Allemagne reste stable.

C’est un avertissement et il est sans réelle surprise. Du moins pour la France qui a vu la perspective de la note de sa dette déclassée de stable à négative par l'agence américaine Moody's. L’Autriche et le Royaume-Uni subissent la même sanction.

Motif de Moody’s : l’existence d'un "certain nombre de pressions particulières sur le crédit qui exacerberaient la sensibilité des bilans de ces souverains" et une volonté de "refléter la sensibilité (des pays concernés) aux risques macroéconomiques et financiers croissants émanant de la crise de la zone euro". La France, comme ses deux partenaires européens, conserve néanmoins son triple A auprès de l’agence américaine.  Elle s’est contentée, par le voix du ministre de l’Economie François Baroin, de "prendre acte" de cette décision.

Mais au Royaume-Uni, son homologue George Osborne a concédé que cet abaissement de perspective signifiait que "dans la situation mondiale actuelle, la Grande-Bretagne ne peut faire autrement que s'occuper de sa dette" et a souligné la nécessité de consolider le budget britannique.

D’autres pays européens ont eux vu leur note dégradée. Ainsi, Moody’s a réduit d'un cran les notes de l'Italie, du Portugal, de la Slovaquie, de la Slovénie et de Malte, et de deux crans celle de l'Espagne. Tous ces pays sont aussi en perspective négative.

Néanmoins, Moody’s souligne "l'engagement des autorités européennes à préserver l'union monétaire et à mettre en œuvre toute réforme nécessaire au rétablissement de la confiance des marchés". Ce qui est notable, car Standard and Poor’s avait, lors de sa dernière actualisation des notes qui avait vue la France perdre son triple A, critiqué vivement le manque de résultats de l’Union européenne.

L'Allemagne, la Finlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suède et le Fonds européen de stabilité financière gardent quant à eux les faveurs de l’agence, avec une note de triple A et une perspective positive.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !