Les pratiques de désinformations utilisées par Monsanto pour publier des études favorables au glyphosate | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Les pratiques de désinformations utilisées par Monsanto pour publier des études favorables au glyphosate
©

La vérité est ailleurs

Les pratiques de désinformations utilisées par Monsanto pour publier des études favorables au glyphosate

"Le Monde" s'est intéressé aux techniques utilisées par le mastodonte de l'agrochimie pour contrebalancer la mauvaise publicité de ses produits.

Monsanto à nouveau dans le collimateur. Dans une longue enquête publiée ce mercredi 4 octobre, le journal Le Monde s'est intéressé aux techniques utilisées par le mastodonte de l'agrochimie pour contrebalancer la mauvaise publicité dont ses produits, et notamment le glyphosate, font actuellement l'objet.

A la suite de procédures judiciaires engagées aux Etats-Unis, Monsanto a en effet dû dévoiler des dizaines de milliers de pages de documents internes, consultées par le quotidien français. Le Monde évoque une technique de Monsanto : le "ghostwriting", ou "écriture fantôme".

Des employés de l'entreprise rédigent textes et études mais ce sont des scientifiques et des experts, qui ne sont pas liés à l'entreprise mais généreusement rémunérés, qui signent, apportant ainsi le prestige de leur réputation à la publication. Une technique complètement illégale…mais bien utile pour redorer l'image du glyphosate, mise à mal par des milliers de plainte à travers le monde, et classée par le Centre de recherche sur le cancer de l'OMS (CIRC) comme un cancérogène probable. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !