Monnaies virtuelles : un nouveau site de bitcoin fermé, suite au scandale Liberty Reserve | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Monnaies virtuelles : un nouveau site de bitcoin fermé, suite au scandale Liberty Reserve
©

"This domain name has been seized"

Monnaies virtuelles : un nouveau site de bitcoin fermé, suite au scandale Liberty Reserve

La fermeture du site d'échange " WM Center" par le gouvernement américain intervient peu après celle de Liberty Reserve, un autre site de monnaie virtuelle ,accusé de blanchiment à grande échelle.

Le premier réseau international de blanchiment d'argent sur le Web : l'affaire Liberty Reserve a été qualifiée par le procureur de Manhattan de "plus importante fraude financière jamais décelée sur Internet". Liberty Reserve, créée en 2006, était une plateforme de paiement électronique utilisant la monnaie numérique du même nom et est soupçonnée de blanchiment à grande échelle.

C'est maintenant au tour de sites du même genre d'être fermés par le gouvernement américain. Le site d'échange de monnaie virtuelle "WM Center", suspecté de fraude, a été fermé par la Global Illicit Financial Team (Équipe de finances illicites), grâce à un mandat obtenu dans le district du Sud de New York.

 Voilà le message qui apparait désormais aux internautes se rendant sur le site : http://www.wm-center.com/index.html

Seized5_HR

Ce type de sites, émettant leur propre monnaie virtuelle (citons aussi PerfectMoney) ou se limitant à effectuer des transactions (WebMonney, MoneyBookers, Neteller, etc.) assurent une certaine confidentialité, et permettent donc le blanchiment.

Pour en savoir plus sur les monnaies virtuelles, lire l'A-book de Philippe Herlin : La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ?

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !