Moment de gêne sur Canal + : devant les députés, Najat Vallaud-Belkacem justifie à nouveau son silence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"J’ai refusé de servir la soupe à ce monsieur en lui offrant une tribune supplémentaire", se justifie la ministre.
"J’ai refusé de servir la soupe à ce monsieur en lui offrant une tribune supplémentaire", se justifie la ministre.
©Reuters

Explications

Moment de gêne sur Canal + : devant les députés, Najat Vallaud-Belkacem justifie à nouveau son silence

"Ma règle est simple : on ne débat pas avec les ennemis de la République, on les combat, et mon combat est total", a déclaré la ministre de l'Education nationale ce mercredi à l'Assemblée.

Pointée du doigt par des responsables de l'opposition mais aussi sur les réseaux sociaux pour être restée silencieuse face aux déclarations polémiques du président de l'ONG BarakaCity, Najat Vallaud-Belkacem a une nouvelle fois justifié sa réserve, ce mercredi à l'Assemblée nationale.

Dimanche 24 janvier sur le plateau du "Supplément" de Canal +, Idriss Sihamedi avait expliqué devant la ministre de l'Education nationale "ne pas serrer la main aux femmes", avant de refuser de condamner clairement l'Etat islamique. 

"J’ai refusé de servir la soupe à ce monsieur en lui offrant une tribune supplémentaire (…) Ma règle est simple : on ne débat pas avec les ennemis de la République, on les combat, et mon combat est total. Il exclut tout dialogue artificiel et toute mise en scène", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem ce mercredi devant les députés, regrettant une "polémique dérisoire". Dans un entretien accordé au journal Le Parisien et publié mardi 26 janvier, la ministre avait dénoncé "un petit jeu nauséabond consistant à inviter des gens infréquentables pour faire du buzz".

 
Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !