Mistral : pour Vladimir Poutine, le refus de livraison de la France est "sans importance" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président russe a tenu ce jeudi sa séance de question-réponses annuelle retransmise en direct.
Le président russe a tenu ce jeudi sa séance de question-réponses annuelle retransmise en direct.
©Reuters

De marbre

Mistral : pour Vladimir Poutine, le refus de livraison de la France est "sans importance"

La vente de deux Mistral à la Russie, conclue en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait été évaluée à environ 1,2 milliard d'euros.

A l'occasion de sa séance de question-réponses annuelle avec des journalistes et des citoyens russes, Vladimir Poutine est revenu sur le refus de la France d'honorer la livraison des navires de guerre Mistral. Au mois de novembre, Paris avait annoncé que la livraison des Mistral allait être reportée "jusqu'à nouvel ordre", en raison de l'implication de la Russie dans la crise ukrainienne. 

"Le refus de livrer les navires conformément au contrat est un mauvais signe bien sûr, mais du point de vue du soutien de nos capacités de défense, je vais vous le dire franchement, c'est sans importance" a assuré ce jeudi Vladimir Poutine.

"À l'époque, nous avions conclu ce contrat avant tout pour soutenir nos partenaires et assurer une charge de travail pour leurs chantiers navals, mais nous prévoyions de les utiliser en Extrême-Orient, ce n'est pas critique (...) Je pars du principe que les autorités françaises, les Français étant des gens corrects, nous rendront l'argent. Nous n'avons pas l'intention d'exiger des pénalités excessives, mais il faut que les pertes que nous avons subies soient remboursées"a ajouté le président russe. La vente à la Russie de deux Mistral, conclue en juin 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, avait été évaluée à environ 1,2 milliard d'euros.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !