Mistral : l'annulation de la vente pourrait coûter plus de 2 milliards | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mistral : l'annulation de la vente pourrait coûter plus de 2 milliards
©

Facture salée

Mistral : l'annulation de la vente pourrait coûter plus de 2 milliards

Jean-Yves Le Drian avait indiqué que le dédommagement à la Russie serait inférieur au prix d'achat initial de 1,2 milliard d'euros.

La facture après l'annulation de la vente du Mistral à la Russie va-t-elle être plus salée que prévue ? C'est ce que prétend le Canard Enchaîné dans son édition du 12 août. Selon le journal, le dédommagement que la France doit allouer à Moscou pourrait dépasser les 2 milliards d'euros. Sauf que Jean-Yves Le Drian avait indiqué qu'il serait inférieur au prix d'achat initial de 1,2 milliard d'euros. Plutôt embarassant.
 
L'hebdomadaire satyrique a fait ses calculs et indique que de nombreuses dépenses n'ont pas été prise en compte dans ce calcul annoncé par le gouvernement. Dans le détail, outre les 896 millions d'euros avancés par les Russes que la France doit rembourser, il faut ajouter : "les frais engagés pour aménager le port de Vladivostok", "l'adaptation en version maritime de 32 hélicoptères K52 emmenés par les navires", et "la formation de 400 marins". Il faut aussi ajouter la marge d'environ 350 millions au vendeur public des navires, la DCNS. Ajoutez encore "la totalité des équipements électroniques" qui coûterait "sans doute pas loin de 200 millions d'euros".
 
Le Canard évoque aussi des manques à gagner. DCNS, Thales et Safran peuvent par exemple "faire une croix sur un contrat de plus d'un demi-milliard". Il ajoute qu'"au moins 400 millions d'euros d'activité des chantiers de Saint-Nazaire disparaissent" avec ces contrats. La France va perdre gros.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !