Militant anti mariage gay incarcéré : il est placé à l'isolement à Fleury-Mérogis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Militant anti mariage gay incarcéré : il est placé à l'isolement à Fleury-Mérogis
©Reuters

Sécurité

Militant anti mariage gay incarcéré : il est placé à l'isolement à Fleury-Mérogis

Le jeune homme de bonne famille de 23 ans, au casier judiciaire vierge, a été emprisonné aux côtés des plus grands criminels.

Pour protéger Nicolas Bernard-Busse, étudiant parisien de 23 ans, arrêté dimanche 16 juin sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris après une manifestation dans le cadre du mouvement anti mariage gay, l'administration pénitentiaire a décidé de le placer à l'isolement. Poursuivi pour rébellion, il avait été condamné mercredi 19 juin à quatre mois de prison, dont deux ferme, et immédiatement incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis.

Le traitement réservé à Nicolas Bernard-Busse est très strict : pas de parloir pour les familles, seul son avocat peut lui rendre visite. Une douzaine de portes séparent sa cellule des espaces communs. Les repas lui sont livrés par une trappe, accompagné de centaines de lettres de membres ou sympathisants du mouvement et d'autres encore outrés par le traitement qui lui est infligé.

En effet, l'incarcération de ce membre fondateur du mouvement des "Veilleurs" dépasse de très loin le cadre judiciaire. Vendredi 21 juin, environ 500 personnes s'étaient réunies à Paris pour soutenir celui qu'il présente comme un "prisonnier politique". A Bordeaux, 200 militants anti-Mariage pour tous avaient fustigé une "répression policière et à présent judiciaire". Devant le palais de Justice, certains avaient scandé des slogans à destination du pouvoir : "Libérez Nicolas, enfermez Taubira !". Chaque jour des actions de soutien envers Nicolas ont lieu à Paris et partout en France.

Très loin d'imaginer toute l'agitation née après son incarcération, Nicolas Bernard-Buss est serein, témoignent certains de ses proches, finalement rassurés par ses conditions de détention. 

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !