Migrants en Méditerranée : Hollande veut "réparer les erreurs d'hier" en Libye | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande assisatait ce jeudi au sommet européen extraordinaire sur les migrants en Méditerranée.
François Hollande assisatait ce jeudi au sommet européen extraordinaire sur les migrants en Méditerranée.
©Reuters

Botter en touche

Migrants en Méditerranée : Hollande veut "réparer les erreurs d'hier" en Libye

L'intervention internationale en Libye avait été déclenchée en 2011 sous l'impulsion conjointe de Nicolas Sarkozy et du Premier ministre britannique David Cameron.

Lors de son arrivée au sommet européen extraordinaire sur la question des migrants en Méditerranée, François Hollande a déclaré ce jeudi qu'il était nécessaire de "réparer les erreurs du passé" commises en Libye, faisant clairement allusion à la présidence de Nicolas Sarkozy.

"Si le monde reste indifférent à ce qui se passe en Libye, alors, même si on met davantage de moyens, davantage de surveillance, davantage de présence en mer, davantage de coopération, davantage de lutte contre les terroristes, il y aura toujours cette cause terrible qui est le fait que ce pays n'est plus dirigé, n'est même plus gouverné, il est dans le chaos" a déclaré le chef de l'Etat, à Bruxelles.

"La question c'est de savoir comment se fait-il qu'après une intervention il y a plus de trois ans et demi il n'y ait eu aucune réflexion sur ce qui devait se passer après" a ajouté François Hollande. L'intervention internationale en Libye avait été déclenchée en 2011 sous l'impulsion conjointe de Nicolas Sarkozy et du Premier ministre britannique David Cameron. Celle-ci avait rapidement provoqué la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !