Microsoft annonce un accord pour le rachat de Minecraft | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Microsoft annonce un accord pour le rachat de Minecraft
©

Expansion

Microsoft annonce un accord pour le rachat de Minecraft

Le géant de l'informatique a notamment précisé que ses "investissements dans le cloud et les technologies mobiles permettront aux joueurs de bénéficier d'outils de développement plus puissants".

Microsoft met la main sur un géant du jeu vidéo. L'entreprise a en effet annoncé ce lundi un accord pour le rachat de Mojang, la société de développement de jeux vidéo basée à Stockholm qui exploite - notamment - la franchise Minecraft, pour un montant de 2,5 milliards de dollars (un peu moins de deux milliards d'euros).

"Disponible à travers de multiples plateformes, Minecraft constitue l'un des jeux vidéo les plus populaires de l'histoire, avec plus de 100 millions de téléchargements, sur PC seulement, par des joueurs depuis son lancement en 2009", souligne Microsoft. Il ajoute que "ses investissements dans le cloud et les technologies mobiles permettront aux joueurs de bénéficier de mondes plus riches et plus rapides, d'outils de développement plus puissants, et de plus d'opportunités pour se connecter à la communauté Minecraft".

Dans une vidéo, le responsable du département Xbox de Microsoft note par ailleurs que le but de l'entreprise "est de continuer à faire évoluer Minecraft sur toutes les plates-formes" - et ne pas réserver la franchise à la seule XBox.

Mojang, dans un communiqué, note de son côté que "Minecraft veut dire beaucoup de choses différentes pour des millions de personnes à travers le monde. (...) Il n'est dans l'intérêt de personne d'empêcher les joueurs de créer des choses cools".

Lu sur The Verge

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !