Michel Sapin : le taux de chômage franchit la barre des 3 millions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Michel Sapin : le taux de chômage franchit la barre des 3 millions
©

Chiffre symbolique

Michel Sapin : le taux de chômage franchit la barre des 3 millions

Le ministre du Travail a également évoqué les réformes du marché du travail sur Radio J ce dimanche.

Ca, c'est fait. Michel Sapin a annoncé que le seuil symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité était désormais franchi. "L'année prochaine, quel sera le taux de chômage ? Personne ne le sait. Les 3 millions, c'est déjà fait. [...] Ce n'est pas la peine de s'interroger sur 10%. C'est déjà fait", a déclaré le ministre du Travail.


Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité en France avait augmenté pour le 15e mois consécutif en juillet. De 41.300 personnes il était passé à 2,987 millions de personnes, la plus forte hausse depuis plus de trois ans. Ces chiffres ne concernaient que la France métropolitaine.  "D'ailleurs, l'outre-mer fait partie de la France, donc si vous prenez le chômage en outre-mer, vous avez dépassé les 3 millions et dépassé les 10%", a souligné le ministre.

Michel Sapin a, par ailleurs, évoqué une remise en cause du contrat de travail. "Aujourd'hui, le contrat de travail n'est plus un contrat stable, n'a plus aucun sens, c'est complètement détourné: les CDD, les missions d'intérim, les ruptures conventionnelles utilisées de manière extrêmement libérale. Tout cela fait qu'il y a une insécurité dans l'emploi". 

Le ministre du Travail a également estimé que "faire peser sur le seul travail" le financement de la protection sociale n'était pas "la bonne manière de faire" et qu'il fallait "trouver autre chose". Le gouvernement doit transmettre le 10 septembre aux partenaires sociaux un document d'orientation qui lancera cette négociation sur la sécurisation de l'emploi, qui s'annonce difficile. 

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !