Michael Schumacher : "il n'allait pas vite" au moment de l'accident | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Michael Schumacher est toujours entre la vie et la mort
Michael Schumacher est toujours entre la vie et la mort
©Reuters

Attendre et espérer

Michael Schumacher : "il n'allait pas vite" au moment de l'accident

C'est ce qu'a indiqué ce mardi en fin d'après-midi Sabine Khem son attachée de presse.

Michael Schumacher est toujours entre la vie et la mort à l'hôpital de Grenoble mais l'espoir demeure. D'après les dernières informations des médecins données ce mardi matin vers 11h00, le pilote a été réopéré dans la nuit. "Un nouveau scanner effectué face à une amélioration passagère de l'état de Michael Schumacher a permis une nouvelle opération du cerveau la nuit dernière", selon la directrice. "Nous n'avions pas de signe d'une aggravation des lésions et nous avons proposé une intervention chirurgicale qui permettait, dans la soirée, de traiter de façon efficace et avec une relative bonne efficacité de l'évacuation de la pression. La situation est mieux contrôlée qu'hier. Les heures à venir sont cruciales. Mais attention, il y a encore beaucoup de chemin", selon les chirurgiens. 

En fin d'après-midi, son attachée de presse, Sabine Kehm a fait un point sur l'accident. Michael Schumacher avait "apparemment son casque cassé. Mais cela ne signifie pas que Michael skiait à grande vitesse. Il n'allait pas vite", a-t-elle déclaré à quelques journalistes, comme le relaie Le Point. "Il a buté sur une pierre en commençant un virage. C'était un enchaînement de malchance", a ajouté la porte-parole du septuple champion du monde de Formule 1. "C'était une manœuvre normale", a insisté Sabine Kehm, affirmant qu'un tel accident aurait tout autant pu se produire à "10 km/h".

De plus, elle a aussi certifié que Michael Schumacher n'était pas seul avec son fils quand il a chuté dimanche. "Il était avec un petit groupe d'amis", selon elle. Confirmant les informations du site web du quotidien populaire allemand Bild, elle a expliqué que Schumacher "était avec un groupe sur une piste normale. Pas loin, il y avait une zone de neige épaisse, dans laquelle est allé Michael. Il n'allait pas vite, parce qu'il semble qu'il avait aidé un ami qui était tombé". "Michael a redémarré dans la neige épaisse, et nous supposons que c'est là qu'il est tombé sur une pierre, en plein virage", a-t-elle certifié.

Ce matin conférence de presse, le Professeur Saillant est également intervenu. "Nous sommes toujours inquiets. Il ne faut pas se dire : c'est gagné. Il faut se dire qu'il y a des hauts et des bas. C'est un peu mieux qu'au début. Mais il faut rester réaliste (...) On a décidé de parler de signes objectifs. Mais il serait malhonnête de tirer des plans sur l'avenir. Il est impossible de faire des prévisions dans un sens ou dans l'autre. Quel sera le pronostic demain, dans six mois ou dans deux ans, ce serait stupide d'en parler" a expliqué l'ami de Michael Schumacher. 

Le septuple champion du monde de F1 s'est grièvement blessé à la tête en faisant une chute à skis dimanche à Méribel. Lundi, les médecins confiaient qu'il "fallait généralement 48 heures, voire plus, avant de pouvoir formuler un avis".

D'après une source médicale contactée par Paris-Match, il "souffre de trois maux extrêmement graves: des hémorragies cérébrales à répétition qui inondent le cerveau des lésions coaxiales, et d'un œdème cérébral qui a nécessité de le placer en hypothermie, à 34-35° degré, pour tenter de le résorber". De son côté, le professeur Jean-François Payen a indiqué : "mon équipe travaille jour et nuit, mais il est trop tôt pour émettre quoi que ce soit en termes de pronostic. Schumi est dans un coma artificiel. Il est en hypothermie".

Concernant les détails de l'accident, Bild a recueilli de nouveaux éléments. "Lorsque nous sommes arrivés sur place, le casque de Schumacher était brisé. On voyait beaucoup de sang" a confié un secouriste au journal allemand. En Allemagne, l'émotion est immense et les messages de soutien pleuvent sur les réseaux sociaux. En France, L'Equipe a titré "Ne nous quitte pas !". 

Chez les pilotes ou anciens adversaires de Schumacher, c'est la même émotion. "Je suis choqué et j'espère qu'il va aller mieux le plus vite possible", a posté Sebastian Vettel, quadruple champion du monde de F1. Felipe Massa a lui tweeté, "Que Dieu te protège. Je te souhaite un rétablissement rapide mon frère". Ferrari a fait savoir qu'elle était "en contact constant avec la famille et les proches" du champion dans ce "moment si difficile" et "avec l'espoir d'avoir le plus vite possible de meilleures nouvelles". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !