Michaël Blanc : détenu depuis 14 ans en Indonésie, le Français va être libéré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Michaël Blanc : détenu depuis 14 ans en Indonésie, le Français va être libéré
©

Bonne nouvelle

Michaël Blanc : détenu depuis 14 ans en Indonésie, le Français va être libéré

Arrêté le lendemain de Noël en 1999 avec près de 4 kilos de haschisch, il a toujours nié les faits.

Son sort n’a jamais suscité autant d’attention que celui de Florence Cassez. Et pourtant depuis plus de 14 ans, Michaël Blanc est incarcéré en Indonésie. Plus précisément, depuis les fêtes de Noël 1999, ce Français, désormais âgé de 40 ans, est détenu pour un trafic de haschich qu’il a toujours nié. Condamné à la prison à vie, Michaël Blanc a vu sa peine commuée à 20 ans en 2008 par décision du président de la république indonésien. Il n'est pas libérable avant 2017. Mais ce dimanche, une bonne nouvelle arrive en provenance d’Indonésie. En effet, le plus ancien détenu français en Indonésie bénéficiera d'une libération conditionnelle dans les jours qui viennent. "La libération conditionnelle de Michaël Blanc a été approuvée", a indiqué une porte-parole du ministère indonésien de la Justice, Ika Yusanti. Mais la procédure "pourrait prendre une ou deux journées", a-t-elle averti.

En l'absence de convention de transfèrement entre la France et l'Indonésie, Michaël Blanc devra rester dans l'archipel musulman jusqu'à la fin de sa peine, le 21 juillet 2017. Interrogée par l'AFP, la mère de Michaël Blanc, Hélène Le Touzey, qui se bat depuis toujours pour sa libération, est restée toutefois très prudente à cette annonce. "Le dossier est accepté. Je ne m'imagine pas qu'ils puissent revenir là-dessus, mais nous avons eu tellement de hauts et de bas", a ajouté Hélène Le Touzey, qui a tout abandonné pour vivre en Indonésie auprès de son fils, en prison à Jakarta. "Aujourd'hui, un nouveau pas a été franchi. Il devrait pouvoir sortir la semaine prochaine", a-t-elle ajouté. "C'est le bonheur. La fin d'une épreuve", lâche-t-elle. "Mais tout n'est pas encore fini", ajoute-t-elle prudemment, dans l'attente d'une libération définitive de son fils.



Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !