Meurtre de Clément Méric : des rassemblements dans toute la France en mémoire du jeune homme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des milliers de personnes se sont rassemblées jeudi place Saint-Michel à Paris pour rendre hommage à Clément Méric.
Des milliers de personnes se sont rassemblées jeudi place Saint-Michel à Paris pour rendre hommage à Clément Méric.
©Reuters

Hommage

Meurtre de Clément Méric : des rassemblements dans toute la France en mémoire du jeune homme

De nombreux hommages ont été organisés jeudi à la suite de l'agression mortelle du jeune militant d'extrême gauche mercredi soir à Paris.

Après l'agression du jeune militant antifasciste Clément Méric - en état de mort cérébrale mercredi soir - plusieurs rassemblements ont été organisés un peu partout en France, jeudi, pour lui rendre hommage. Plus de 15 000 personnes ont manifesté dans tout le pays.

A Paris, entre 5 000 et 6 000 personnes se sont rassemblées jeudi en fin d'après-midi place Saint-Michel, rapporte Le Monde. Deux amis du jeune militant montés sur la fontaine de la place ont déployé une banderole sur laquelle était écrit "Clément, 05.06.2013, à jamais l'un des nôtres". Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche était dans la foule mais n'a pas pris la parole. Un peu plus tôt dans la journée, il a recommandé à ses sympathisants de se tenir, lors des rassemblements, "à distance du PS qui a trop assimilé le Parti de gauche à l'extrême droite".

Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris, a tenté une apparition, mais elle s'est fait huer et a rebroussé chemin sous les cris "socialos trahison".


D'autres personnes se sont rassemblées sur les lieux de l'agression, rue Caumartin, à Paris. Ils ont observé une minute de silence.  

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris a été huée lors de son passage rue Caumartin. Elle a été accueillie sur place par des "dégage !, dégage !" ou "tu n'as rien à faire ici". "On a réalisé un rassemblement d'élus pour dénoncer la violence politique, la violence des attitudes, la violence des propos, celle qui dégénère en violence des actes et l'on voit, à l'occasion de cette traversée qu'elle n'est pas éteinte", a déclaré NKM à la presse.

A Marseille, près de 400 personnes se sont rassemblées. Quelques élus communistes dont les conseillers régionaux Jean Marc Coppola et Alain Hayot et le secrétaire départemental Pierre Darhéville, ont invoqué le laxisme du gouvernement dans les manifestations du mariage pour tous.

A Toulouse, entre 200 et 300 personnes étaient au rendez-vous. Le maire socialiste de Toulouse, Pierre Cohen, et plusieurs organisations de gauche ont pressé les autorités d'interdire un rassemblement prévu samedi à l'appel de l'organisation d'extrême droite Jeunesses nationalistes.

A Lyon, 1 100 personnes, selon la préfecture, ont défilé en scandant "Pas de fascistes dans nos quartiers". 

A Bordeaux200 personnes se sont rassemblées, brandissant des banderoles "Pour Clément : ni oubli ni pardon, no pasaran", ou encore "La solidarité est une arme - Tous ensemble, résistance antifasciste".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !